Paris hosts first international conference of Muslim gay associations

Published: October 11, 2010

«Il est possible d’être un bon musulman tout en étant homosexuel». L’affirmation revient souvent dans les paroles de l’imam Moulana Muhsin Hendricks (ci-dessus, à gauche), le seul imam au monde avec Daayiee Abdullah (à droite) à assumer publiquement son homosexualité. Samedi, ils étaient tous les deux à Paris, sous haute protection policière, pour participer à la première conférence internationale des associations homos musulmanes, Calem (Conférence des associations LGBT européennes et musulmanes).

«L’Islam est souvent mal perçu par les LGBT»
«Etre un bon musulman signifie être en paix dans son cœur et son âme, explique Daayiee Abdullah, imam à Washington. Il faut atteindre le point où deux pôles de sa vie, sa foi et sa sexualité, sont réconciliés. Et mon étude personnelle du Coran m’a montré que c’était possible.» Pour les deux religieux, rien dans le Coran ne condamne l’homosexualité et ceux qui le font en son nom se trompent d’interprétation. Pourtant, ils confient que «la communauté musulmane n’est pas forcément prête à accepter les différences» et qu’en retour, «l’Islam est souvent mal perçu par la communauté LGBT».

Pour «jeter des ponts entre les communautés» et donner «le droit d’être gay et musulman», l’imam Hendricks a créé il y a 13 ans en Afrique du Sud The Inner Circle, la seule association d’envergure internationale d’homos musulmans. Sa mission: «lutter contre l’intériorisation de l’homophobie qui conduit au suicide certains musulmans homos et contre les mariages forcés et la pression sociale qui pousse des homos à mener une double vie».

Leave a Reply