Nouveau rapport: Dépistage et traitement tardifs : Stigmatisation liée au VIH

Published: juin 28, 2011

Les résultats de l’enquête d’indice de stigmatisation des personnes vivant avec le VIH dénommée, « Stigmatisation liée au VIH : Dépistage et traitement tardifs » attestent que bon nombre de personnes vivant avec le VIH recourent tardivement au dépistage et à l’accès aux soins. Voici les résultats des entretiens avec plus de 2500 personnes vivant avec le VIH en Estonie, en Pologne, en Moldavie, en Ukraine et en Turquie. Ces résultats ont été présentés lors de la Conférence 2011 sur le SIDA dans la région européenne – VIH en Europe – Unité et diversité (Tallin, 25-27 mai 2011)

Ce travail a été réalisé par des équipes et des partenariats dirigés par des organisations nationales de personnes vivant avec le VIH dans ces cinq pays, avec l’appui technique fourni par le Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH.

Le rapport de fond à été réalisé grâce aux preuves de l’indice de stigmatisation des PVVIH relatif à la santé actuelle des participants, de même que les circonstances dans lesquelles ils ont fait le dépistage du VIH, dans le but de répondre aux questions suivantes :

• Est-ce que les participants ayant attendu plus longtemps pour se faire dépister ou pour avoir accès aux soins étaient dans un état de santé plus piteux que ceux qui s’étaient faits dépister ou mis sous traitement plus tôt?

• Est-ce que les participants ayant fait un dépistage volontaire s’étaient mis sous traitement médical à temps?

• Est-ce que les participants ayant reçu un pré-counselling et un post-counselling s’étaient mis sous traitement médical à temps?

D’autres résultats montrent:

• De grandes craintes de perdre son emploi et les préoccupations au sujet des proches, tels que le rejet par la famille ou par des amis, suite au dépistage du VIH;

• Comme facteur majeur de découragement ou empêchant les gens d’accéder aux soins après leur diagnostic de VIH, les participants ont exprimé des préoccupations au sujet des mauvais traitements et du manque de confidentialité par le personnel médical;

• Les participants se sont également déclarés « incapables de faire face à une éventuelle infection au VIH ».

La mise en œuvre et le lancement de l’indice de stigmatisation des PVVIH dans les cinq pays ont été soutenus par VIH en Europe, UKAid du Département pour le Développement International (DFID) (Moldavie) et l’ONUSIDA.

Au cours de cette conférence, les rapports des différents pays ont été présentés dans le cadre d’une session sur les droits liés à la santé sexuelle et génésique (session parallèle XII) par le Réseau estonien des personnes vivant avec le VIH et le Réseau ukrainien des personnes vivant avec le VIH / SIDA. Ceci a permis de mettre en évidence des aspects des résultats de l’enquête d’indice de stigmatisation des PVVIH dans ces deux pays.

Pour avoir l’intégralité de l’article, suivre le lien ci-dessous –

Laisser un commentaire