Moscow: the LGBT film festival opened in spite of intimidation

Published: April 20, 2012

La présence d’extrémistes orthodoxes n’a pas réussi à gâcher la fête: «Bok o Bok» organise ce week-end le premier festival de cinéma LGBT de la capitale russe.

Il y a bien eu cette poignée de militants ultra-orthodoxes (photo ci-dessus), ce jeudi 26 avril, devant l’entrée du cinéma Club Fitil. Pour la cérémonie d’ouverture du Festival international du film LGBT qui se tient pour la première fois à Moscou jusqu’au 29 avril, les ennemis jurés de la communauté LGBT russe, habillés tout de noir, ne voulaient pas manquer une occasion de brandir des croix sous le nez de ceux qu’ils estiment être une insulte au patriarcat et plus largement à la société russe. Faute de pouvoir empêcher l’événement cinématographique, ils ont rapidement battu en retraite, ignorés par les festivaliers et surtout surveillés par les forces de l’ordre qui ont, une fois n’est pas coutume en Russie, veillé à ce que la manifestation LGBT se déroule sans encombre.
 
Malgré le danger assez maigre de voir le festival empêché, on lit de l’inquiétude sur le visage de Manny de Guerre. La présidente de l’association pétersbourgeoise «Bok o Bok», organisatrice de l’événement, est habituée à ce que ces initiatives soient malmenées. Ce qui ne l’a pas empêché depuis l’adoption, à Saint-Pétersbourg en mars, de la loi interdisant toute «propagande homosexuelle auprès des mineurs», d’organiser divers rassemblements culturels et manifestations contestant ce changement de législation homophobe

Leave a Reply