Human rights of lesbians, gay, bisexual and transgender (LGBT)

Published: December 8, 2011

Malgré les progrès réalisés dans bien des domaines ces dernières décennies, un certain nombre de personnes sont encore montrées du doigt en Europe, en raison de leur orientation sexuelle (réelle ou perçue) ou de leur identité de genre. Beaucoup de personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) ne peuvent pas exercer pleinement les droits de l’homme universels. Elles sont très exposées aux crimes inspirés par la haine et ne reçoivent souvent aucune aide lorsqu’elles sont agressées dans la rue.

Certaines organisations de personnes LGBT se voient refuser un enregistrement officiel ou l’autorisation d’organiser des réunions et des rassemblements pacifiques. Des personnes se sont expatriées dans des Etats membres du Conseil de l’Europe pour fuir des pays où elles risquaient d’être torturées ou exécutées à cause de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.
Trop rares sont les leaders d’opinion et les responsables politiques qui prennent fermement position contre la discrimination, la violence et les autres manifestations d’homophobie et de transphobie. C’est pourquoi le Commissaire aux droits de l’homme a décidé de faire figurer parmi ses priorités la défense des droits de l’homme des personnes LGBT et la lutte contre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.
 
Le Commissaire soulève régulièrement cette question lors de ses entretiens avec les autorités des Etats membres. Il a aussi fait part de ses préoccupations en la matière dans des rapports sur ses visites de pays et dans des publications spécifiques, telles que le document thématique sur les droits de l’homme et l’identité de genre.

Leave a Reply