Gay Internet Scam in Cameroon

Published: November 15, 2011

«Depuis quelques semaines, il prévaut dans la ville de Yaoundé au Cameroun un climat de peur et d’inquiétude parmi la communauté homosexuelle.» Le communiqué d’Alternatives Cameroun et Humanity First Cameroon résume ainsi l’impact des «guet-apens sur les sites de rencontre gay suivis d’arnaques», qui sont devenus «monnaie courante» et s’opèrent avec la «complicité de certains éléments des forces de l’ordre».

L’un des hommes qui sévit sur les sites de rencontre et les réseaux sociaux fait particulièrement parler de lui. «En octobre dernier, Alternatives Cameroun et Adefho (Association de défense de l’homosexualité) recevaient un courrier en signe d’alerte sur ce profil suspect, sur Gay Romeo. Nous avons immédiatement fait suivre à nos contacts locaux», indique Joseph, un militant de l’Adefho.

Harcelés et rackettés pendant des semaines
D’après le site de RFI, qui a rencontré plusieurs victimes, l’arnaqueur fixe rendez-vous «toujours à proximité d’un commissariat de police ou d’une brigade de gendarmerie pour mieux» piéger les gays. «Il se présente alors comme un officier de marine mandaté par les autorités et menace ses interlocuteurs de les dénoncer pour homosexualité (…) s’ils refusent de le payer».

C’est ainsi que le 8 novembre un jeune homme de 28 ans a été piégé, avant d’être libéré le lendemain avec l’aide de Humanity First Cameroon et d’Alternatives Cameroun. Mais pas seulement. Le maître chanteur a «signé un reçu attestant qu’il a perçu 70 000 francs CFA de la famille (de la victime), avec son nom et son numéro de carte nationale d’identité», assure Jules Charles Eloundou Atamba, président de Humanity First Cameroon.
«Plusieurs de ces victimes (…) racontent ainsi avoir été harcelées, rackettées, des semaines durant, par leur agresseur, poursuit RFI. Ce dernier opère, toujours selon des témoins, en complicité avec des gendarmes et des policiers pour les menacer de détention si ses victimes refusent de payer.»

Leave a Reply