Communiqué sur les guets apens des homosexuels sur internet

Published: novembre 14, 2011

Communiqué de presse

Depuis quelques semaines, il prévaut dans la ville de Yaoundé au Cameroun un climat de peur et d’inquiétude parmi la communauté homosexuelle.

Les guets apens sur les sites de rencontre gay suivis d’arnaques sont devenus monnaie courant avec la complicité de certains éléments des forces de l’ordre ainsi qu’un certain M. Ekobo, moteur de ces guets apens et maitre chanteur.

La dernière victime en date, Steve O, n’oubliera pas de si tôt ce qui lui ai arrivé. Ce dernier après avoir dialogué sur un site de rencontre avec M. Ekobo, s’est rendu au lieu du rendez-vous au quartier Santa Barbara à Yaoundé au lieu dit : Snack « Oasis ».

Arrivé sur le lieu Steve O a été accueillit par M. Ekobo qui lui a tout de suite déclaré être là pour aider à l’arrestation des personnes homosexuelles. Il s’est ensuite suivi une altercation et une bagarre entre les deux hommes qui ont par la suite été rejoints par les éléments de la brigarde de gendarmerie d’Etoudi qui se trouvaient en embuscade.

Steve O a été conduit au poste de gendarmerie lundi dernier, 07 Novembre 2011. Informé par le président de Humanity First Cameroun, Alternatives-Cameroun en collaboration avec Humanity First Cameroun ainsi que la famille de Steve O, se sont mobilisés pour lui apporter un soutien moral et juridique.

Signalons que le président de Humanity First Cameroun et deux ses membres qui avaient décidés de se rendre au poste de gendarmerie ont été incarcérés quelques heures dans la même brigade de gendarmerie avant d’être relâchés.

Steve O a pu être libéré le Mercredi 13 Mai 2011 après que sa famille ait versé une somme de 70 000 FCFA (106 euros, 140$) au commandant de brigade de gendarmerie d’Etoudi qui semblait plus sensible à tirer un profit financier de l’affaire qu’à entendre les arguments de droit avancés par l’avocat.

Ce Jeudi 13 Novembre 2011, le même M. Ekobo a voulu remettre cela en tendant un autre guet apens à un autre gay sur internet. Mais mal lui en a pris. Les deux hommes ont été conduits cette fois à la Brigade de gendarmerie de Melen à Yaoundé ou le commandant de la dite brigade n’était autre qu’un proche parent de Steve O victime du même Ekobo lundi dernier.

Le commandant de brigarde de Melen ayant suivi l’affaire de ce neveu, a tout de suite fait appel à ce dernier ainsi qu’aux victimes du maitre chanteur pour identification. Signalons qu’une vingtaine de victimes au bas mot sont tombés dans les guets apens tendus sur internet par M. Ekobo.

Suite aux pressions reçues de part et d’autre part le commandant de brigade de Melen, M. Ekobo a finalement été relâché.

Il est dommage de constater que nos forces de l’ordre qui sont censés protéger la population contre ce type d’individu et contre de tels agissements, se trouvent être mêlés jusqu’au haut niveau dans de tels actes.

Alternatives-Cameroun et Humanity First restent convaincus que ces différents abus perdurent à cause de l’existence de l’article 347 Bis qui pénalise la pratique homosexuelle au Cameroun.

Appellent à l’interpellation et incarcération effective des acteurs de tels actes et enfin appellent une fois encore à l’abrogation de l’article 347 bis du code pénal Camerounais.

Laisser un commentaire