Botswana: legalize prostitution in the name of the fight against AIDS

Published: November 18, 2011

Depuis 15 ans, Thato Serite joue au chat et à la souris avec les policiers entre deux passes au bord de la route la plus passante du Botswana, où des voix s’élèvent désormais pour que la prostitution soit légalisée au nom de la lutte contre le sida.

Les autorités médicales n’ont pas suivi le taux d’infection des travailleuses du sexe botswanaises, mais les itinéraires des camions traversant l’Afrique australe sont depuis longtemps considérés comme une voie majeure de propagation du VIH/sida.

Or, un adulte sur quatre est séropositif au Botswana, un taux qui n’a guère bougé durant la dernière décennie quand bien même le pays a joui d’une relative prospérité.

Aux abord de cette "autoroute du sida", Thato vend son corps à des routiers, au nez et à la barbe des policiers. "Ils sont toujours derrière nous, et nous devons toujours courir ou nous cacher loin d’eux. Certains jours, nous n’avons pas de chance: ils nous attrapent et nous prennent notre argent, en nous donnant des amendes".

"Certains policiers peu scrupuleux exigent même du sexe gratuit en échange de notre liberté", a raconté à l’AFP cette femme de 35 ans.

"Les prostituées souffrent, certains clients refusent de payer après avoir été satisfaits, ou demandent des rapports sexuels non protégés. Ca peut être vraiment dur, dans la rue", témoigne-t-elle.

L’ancien président botswanais Festus Mogae, qui dirige désormais le Conseil national du sida, estime qu’une légalisation de la prostitution faciliterait la prévention.

"Dépénaliser le travail du sexe ne veut pas dire l’encourager, mais cela permettrait de mettre en oeuvre des politiques visant à protéger celles qui ont été forcées à se prostituer", déclare-t-il.

"Elles seront en mesure de dénoncer les hommes qui leur font prendre par la force le risque de contracter le virus, et les hommes qui ont recours à leurs services n’abuseront plus d’elles comme ils peuvent le faire à l’heure actuelle", ajoute-t-il.

Full text of article available at link below –

Leave a Reply