Afrique : Nouvelle politique du Fonds mondial – Problèmes et opportunités

Published: mars 21, 2012

L’année a été assez trouble pour le Fonds mondial. Le 11e tour a été officiellement annulé, précédé par des mois de publicité négative sur la corruption et la fraude. Cependant, la crise est appelée à se poursuivre tant que le Fonds est soumis à un processus de transformation organisationnelle. Un plan de transformation consolidé (PTC) composé de six « zones de transformation », 31 projets et 162 livrables est mis en œuvre. Une nouvelle stratégie (« la Stratégie ») pour 2012 à 2016 a également été élaborée, définissant l’orientation de l’évolution future du Fonds. Avec tous ces changements, il peut être difficile de « voir la forêt pour les arbres. »

Ce commentaire identifie sept éléments de la transformation future du Fonds mondial. Il développe par la suite ce qu’ils pourraient représenter pour la mission du Fonds.

SEPT ELEMENTS DE LA TRANSFORMATION

Contraction et le resserrement du rationnement

Si la première décennie a été pour le Fonds mondial une ère d’expansion (en termes du nombre de pays pris en charge par des subventions et du taux des dépenses annuelles), la prochaine décennie parait être une ère de contraction. Avec la stagnation ou la réduction de l’aide financière, de même que le relâchement dans l’engagement des donateurs vis-à-vis au Fonds mondial, et compte tenu de la réalité des ressources limitées et des besoins non satisfaits, le Fonds mondial n’a guère le choix, sinon de considérer de plus stricts critères d’admissibilité et d’un système plus explicite de rationnement. Le modèle original axé sur la demande de financement sera désormais transformé en un modèle plus focalisé sur l’offre. Le financement sera désormais moins une affaire ou les pays « attirent » les subventions du Fonds mondial, mais plutôt l’aptitude du Fonds mondial à « débourser » le financement selon des critères d’admissibilité plus stricts.

Une approche plus pratique

Le Fonds mondial adopte désormais une approche plus pratique pour tous les aspects du cycle de subvention, des demandes initiales de financement dans le cadre de la gestion des subventions et de la mise en œuvre des programmes, y compris les renouvellements de subvention. L’objectif ici est de permettre aux subventions et aux gestions de subventions d’être mieux adaptées au contexte et aux besoins spécifiques d’un pays donné. Le PTC et la stratégie suggèrent également un rôle plus opérationnel pour le Fonds dans l’acquisition et la gestion des approvisionnements en produits pharmaceutiques et autres produits de santé. Pour une réalisation effective de ce changement, le statut, la capacité et l’autorité des gestionnaires de portefeuille du fonds sera augmenté, de même que le nombre de pays qui seront désormais gérés dans le cadre de l’approche de gestion des pays en équipes. En plus, le temps consacré par le personnel du Fonds mondial dans les pays bénéficiaires devra augmenter tandis que des efforts seront fournis pour renforcer la capacité et l’efficacité des agents locaux de financement. Ces changements marquent une rupture importante avec la vision originale du Fonds mondial en tant qu’agence rapide et agile de financement mondial avec un minimum de présence dans le pays.

Raccourcissement du cycle de financement

Le cycle de financement du Fonds est désormais raccourci. Par exemple, les nouvelles subventions à l’avenir couvriront une période de trois ans, plutôt que cinq ans. De même, les demandes pour le mécanisme de financement de transition se limiteront à un maximum de deux ans. L’efficacité dans la gestion des subventions sera également soumise à des évaluations plus rigoureuses (et sans doute plus fréquentes), tandis que la gestion du rendement tiendra lieu de prérequis pour tout décaissement semi-annuel. La plupart de ces changements va à l’encontre des principes de l’efficacité de l’aide, ce qui peut aggraver les difficultés liées aux flux d’aide imprévisibles et incertains.

Focalisation sur les résultats et le financement basé sur le rendement

Une caractéristique notoire du PTC et de la Stratégie est l’extrême focalisation sur les résultats et le rendement qu’auparavant. Il s’agit d’une tendance générale des bailleurs de fonds et organismes internationaux qui cherchent à évaluer leur impact, notamment en termes d’estimation du résultat optimal final : Le nombre de vies sauvées. Par conséquent, le PTC et la Stratégie comprennent un certain nombre de plans visant l’amélioration de la santé et des systèmes d’information de gestion des pays bénéficiaires et d’améliorer les méthodologies de mesure et d’attribution des « résultats » aux bailleurs de fonds

Laisser un commentaire