A film in Turkey focuses on the true story of a young gay man who is killed by his father

Published: January 17, 2012

Avec leur long-métrage, Mehmet Binay et Caner Alper espèrent lancer un grand débat sur l’homophobie et les droits LGBT en Turquie. Zenne Dancer est sorti il a quelques jours dans les salles de cinéma turques. Il met en scène trois personnages principaux: Daniel, un photographe allemand qui ne connaît pas grand chose aux valeurs du Moyen-Orient; Can, un flamboyant danseur oriental, homo, fier de l’être et soutenu par sa famille; et Ahmey, né dans un milieu très conservateur et dont la quête de liberté et le désir d’honnêteté vont le conduire à la mort…

La fin tragique de ce dernier personnage est encore plus glaçante quand on sait qu’elle est inspirée d’un fait réel: «Le point de départ, ça a été le meurtre d’un ami cher, assassiné à Istanbul en 2008 par son propre père, parce qu’il était gay», explique Mehmet Binay à CNN. Le seul tort d’Ahmet Yildiz, étudiant stambouliote de 26 ans? Il sortait avec un garçon. Sa famille aurait essayé de le «soigner», avant que le père ne finisse par l’abattre (lire notre article).Des traitements homophobes
En Turquie, les multiples associations LGBT s’insurgent régulièrement contre des aggressions et des violations des droits humains (lire notre article). «Toutes les minorités, y compris les gays et les lesbiennes, demandent des droits. Ils veulent une reconnaissance, ils veulent être protégés. Ils veulent avoir le droit de vivre, tout d’abord, et de ne pas être tués», poursuit le co-réalisateur de Zenne Dancer.

Le film attire ainsi l’attention sur des traitements inhumains que réserve le pays à ses LGBT. C’est notamment le cas dans  l’armée, où les gays peuvent être exemptés de service militaire s’ils prouvent leur orientation sexuelle. Zenne Dancer dépeint alors le processus dégradant par lequel passent les gays qui osent se déclarer: les docteurs militaires procèdent à des examens anaux, insultent les homos, exigent des photos d’ébats entre hommes en guise de preuve…

Leave a Reply